Chirurgie pour traiter la Maladie de la Peyronie

Traiter la maladie de la Peyronie par la chirurgie…Les pour et les contre?

La maladie de la Peyronie affecte 1 à 3% de la population masculine et est considérée comme l’une des causes les plus fréquentes de diminution de la taille du pénis, de déformités de la verge et de dysfonctionnements érectiles.

Le traitement de la maladie de la Peyronie reste à ce jour un des plus grands challenges à relever pour les médecins et les sexologues.

Alors qu’il existe plusieurs traitements disponibles comme la radiothérapie, les médicaments (par voie orale ou par injection), la chirurgie reste le moyen le plus courant de rectifier la courbure et la forme du pénis.

L’article qui suit propose un tour d’horizon des différentes procédures chirurgicales utilisées pour traiter la maladie de la Peyronie et mettre en valeur les arguments en faveur et contre le traitement chirurgical de la maladie de la Peyronie.

Types de chirurgies de la maladie de la Peyronie

Selon différentes études, seuls 3 types d’intervention chirurgicale connaissent un certain succès dans le traitement de la maladie de la Peyronie.

  1. Ablation: la première procédure consiste à ôter ou découper la plaque fibreuse et greffer un morceau de peau, veine, ou encore d’origine animale. Cette méthode peut redresser le pénis et permettre de retrouver une partie de la longueur perdue. Cependant, certains patients connaissent une perte de sensibilité et une perte de leurs fonctions érectiles.
  2. Plication: une deuxième procédure, appelée plication, consiste à ôter ou pincer un morceau de la tunique albuginée du côté du pénis opposé à la plaque, ce qui annulera l’effet de courbure. Cette méthode provoque souvent des dysfonctionnements érectiles ou des pertes de sensibilité. Elle ne peut non plus restaurer la largueur ou la longueur du pénis.
  3. Implant: Une troisième option est l’implantation chirurgicale d’un appareil qui va accroître la rigidité du pénis. Dans certains cas, l’implant va effectivement redresser le pénis à lui tout seul. Si l’implant seul ne suffit pas, on le combine avec une des deux autres procédures chirurgicales évoquées plus haut.

En résumé, ces procédures chirurgicales produisent des résultats la plupart du temps.

Mais, parce que des complications peuvent survenir, et parce que certains effets de la maladie de la Peyronie (comme le raccourcissement du pénis) ne sont pas corrigés par la chirurgie, la plupart des chirurgiens préfèrent effectuer la chirurgie uniquement sur un petit nombre de patients qui présentent une courbure importante du pénis qui empêche tout rapport sexuel.

Il ne faut pas non plus sous-estimer le coût de cette intervention, notamment l’hospitalisation. De même, certaines complications courantes y sont associées: maladies nosocomiales, saignements, raccourcissement permanent et neutralisation du pénis, douleur post opératoire.

andropenisLes agrandisseurs ou extenseurs de pénis, d’un autre côté, sont considérés comme une alternative crédible au traitement de la maladie de la Peyronie. Un extenseur de pénis typique, comme celui de Andro Pénis fonctionne en étirant le pénis flasque du patient plusieurs fois par jour.

Le niveau de traction peut être ajusté en ajoutant des sections de métal le long de l’appareil. Dans la durée, l’étirement semble soit allonger la plaque ou changer la forme des tissus endommagés suite à la maladie de la Peyronie.

En savoir plus sur l’extenseur de pénis Andro Pénis

Plus d'infos sur Peyronie |

Laisser un commentaire ou poser une question: